Université de l'Ontario français : le gouvernement doit aller jusqu'au bout, affirme le NPD

La députée de Nickel Belt et la porte-parole néo-démocrate pour les affaires francophones, France Gélinas a demandé au Ministre de la Formation, des Collèges et Universités « quand il entends mettre en place le comité transitoire de gouvernance de l’université de l’Ontario français? »

Le projet de loi 104 sur l'Université de l'Ontario français de la députée Gélinas a été adopté en deuxième lecture en novembre dernier. La deuxième lecture du projet de loi a mis l’accent sur la prochaine étape importante, soit la mise en place d'un comité transitoire de gouvernance.

« Depuis le mois passé, le Ministre a sur son bureau le rapport du comité consultatif chargé d’évaluer les capacités actuelles des établissements postsecondaires du Centre et du Sud-Ouest. Ainsi que le document synthèse d’écoulant des États généraux sur le post –secondaire. Ces deux rapports recommandent la mise en place de l’Université de l’Ontario français. » 

Cette semaine avait lieu le Parlement jeunesse francophone de l’Ontario.  Les participants et participantes étaient à la période de question à Queen’s Park.  Madame Gélinas a enchainé en disant :  « Monsieur le Ministre plusieurs des jeunes du parlement francophone qui sont ici à Queen’s Park aujourd’hui veulent aller à l’université.  Pouvez-vous dire à ces jeunes qui sont ici aujourd’hui si vous allez faire le premier pas envers l’Université de l’Ontario français à temps pour qu’ils et qu’elles puissent s’y inscrire? »