Nouvelles

Andrea Horwath s’engage à éliminer la corruption et à augmenter la responsabilité institutionnelle dans les 30 premiers jours de son gouvernement

NIAGARA - Andrea Horwath, chef des néo-démocrates de l’Ontario, affirme que sa première priorité en tant que première ministre sera d’éliminer la corruption et de fomenter une culture de la responsabilité à Queen’s Park, au moyen de mesures législatives qui renforceront l’interdiction des publicités partisanes, et qui donneront de nouveaux pouvoirs à l’Ombudsman de l’Ontario afin de protéger l’intérêt public. 

« Les familles ont du mal à joindre les deux bouts, et c’est à leurs priorités que nous devrions consacrer l’argent public, en créant des emplois, en réduisant les temps d’attente dans les urgences, en réduisant le montant des factures d’électricité. À la place, depuis une décennie, nous avons affaire à un Parti libéral qui privilégie ses propres intérêts aux dépens des gens qui sont laissés pour compte », a déclaré Mme Horwath. « Pour faire avancer les intérêts des familles, nous devons avant tout faire le ménage à Queen’s Park ».

Horwath remporte le débat en mettant clairement de l’avant un plan qui a du bon sens

TORONTO – Lors du débat des chefs de ce soir, la chef néo-démocrate Andrea Horwath a présenté un choix clair aux Ontariens et Ontariennes qui ne veulent ni de la corruption libérale, ni des idées farfelues de Tim Hudak. Andrea Horwath a mis de l’avant sa vision de changement pour la province de l’Ontario, vision pleine de bon sens, visant à récompenser les vrais créateurs d’emplois, à réduire les temps d’attente dans les urgences, à réduire le montant des factures d’électricité, à réduire les taux d’assurance automobile, et à mettre de l’ordre dans les affaires du gouvernement afin que celui-ci puisse investir dans les priorités des citoyens et citoyennes de la province.

Les paroles d’Andrea Horwath ont fait que Kathleen Wynne et les libéraux se retrouvent sur la défensive, la chef néo-démocrate ayant rappelé aux électeurs et électrices que la feuille de route des libéraux est entachée de corruption et de scandales : « La corruption est profondément ancrée chez le Parti libéral et ne cesse de relever sa tête, encore et encore », a dit Mme Horwath.