hero image

Réparer Notre Système de Santé

Les Ontarien·nes ont de plus en plus de difficulté à obtenir les soins de santé qu’il leur faut. Trop d’Ontarien·nes attendent pendant des heures aux urgences, pendant des semaines pour voir un médecin, ou pendant des semaines, voire des mois entiers, en proie à la douleur et à l’anxiété, avant une intervention chirurgicale.

La pandémie a dévoilé à quel point notre système de santé était brisé – une pénurie de personnel permanente et des infirmières, infirmiers, médecins et autres professionnel·les de la santé qui croulent sous les tâches, ne pouvant offrir aux patients le temps et l’attention qu’il leur faut.

Pendant des décennies, les coupures massives et les mauvais choix des libéraux et des conservateurs ont endommagé le système de soins de santé de l’Ontario. Déjà avant la pandémie, Doug Ford coupait dans des services de santé critiques : il a drastiquement réduit le nombre des unités de santé publique de 35 à 10, et sa politique des bas salaires, à savoir la loi 124, a gelé les salaires des travailleurs et travailleuses du secteur de la santé en dessous du taux d’inflation.

Il a refusé de dépenser l’argent nécessaire pour soutenir les hôpitaux et les soins de santé pendant la pandémie. Nombreux sont les travailleurs et travailleuses de la santé comme les infirmières et infirmiers qui, traités de manière irrespectueuse et en épuisement professionnel, quittent la profession.

Steven Del Duca et les libéraux ont engendré la crise de la médecine de couloir. Ils ont gelé les budgets des hôpitaux et congédié 1 600 infirmières et infirmiers. On ne peut leur faire confiance pour réparer ce qu’ils ont brisé.

Ensemble, nous pouvons régler les problèmes. Le NPD de l’Ontario dispose d’un plan pratique et faisable pour rebâtir et renforcer les soins de santé en Ontario. Nous nous engageons à faire des investissements dans les services critiques. Nous nous assurerons que les travailleurs et travailleuses des soins de santé obtiennent la rémunération qui leur est due, et nous lancerons une campagne pour recruter, retenir et faire revenir au travail des infirmiers, infirmières et d’autres travailleurs et travailleuses de la santé dont ont besoin nos hôpitaux et unités de santé publique, y compris dans les régions défavorisées comme les communautés rurales et du Nord.

Nous nous attaquerons au problème des listes d’attente pour les opérations chirurgicales et autres interventions médicales, afin que les gens cessent d’attendre et commencent à guérir.

Comment nous y parviendrons :

TRAITER LES SOINS DE SANTÉ MENTALE COMME DES SOINS DE SANTÉ À PART ENTIÈRE

Lorsque les Ontarien·nes cherchent à obtenir de l’aide pour des questions de santé mentale, ils ont besoin de savoir qu’ils pourront avoir accès à des soutiens adéquats sans délai.

Mais aujourd’hui, les services de santé mentale de l’Ontario laissent tomber trop de gens. De longs temps d’attente, des paiements directs élevés, et une pénurie de professionnel·les des soins de santé – à cause de tout cela, il est beaucoup trop difficile d’obtenir de l’aide quand on en a besoin. Les conservateurs de Doug Ford ont coupé plus de 2 milliards des dépenses prévues pour la santé mentale, et ils ont laissé doubler les listes d’attente des services en santé mentale pour les enfants et les jeunes.

Un gouvernement du NPD de l’Ontario réglera ces problèmes. Andrea Horwath a dévoilé le plan du NPD en matière de santé mentale au mois d’avril.

Voici quelques-uns des éléments clés de ce plan :

ENGAGEMENT

Des soins de santé mentale universels et financés publiquement :Nous élargirons l’accès à des services de counseling et de thérapie à travers la province, en intégrant les services thérapeutiques à l’Assurance-santé de l’Ontario.

ENGAGEMENT

Réparer le système de soins de santé mentale :Nous allons créer Santé mentale Ontario, un nouvel organisme de coordination qui dirigera le processus d’identification et de rapport public des besoins en santé mentale, développant une liste d’attente compréhensive pour les services ; ce nouvel organisme établira aussi des normes provinciales en matière de santé mentale, créant un panier de services, et s’assurant que les programmes de santé mentale et de lutte contre les dépendances sont fournis de manière exhaustive à travers l’Ontario.

ENGAGEMENT

Réduire à 30 jours ou moins le temps d’attente pour les soins de santé mentale des enfants :Nous mettrons en œuvre le plan présenté par la Coalition pour la santé des enfants et intitulé Plan d’action en faveur des enfants [Make Kids Count Action Plan]. Ce plan demande un investissement de 130 millions de dollars échelonné sur les trois prochaines années, pour bâtir des services de traitement intensif et de consultation spécialisée, pour augmenter l’accès à la psychothérapie et au counseling, à de la thérapie familiale et à des appuis, et pour améliorer les services de soutien 24 heures sur 24 pour les situations de crise, afin de s’assurer que les enfants et les jeunes en détresse disposent d’une alternative aux urgences.

ENGAGEMENT

Des logements avec services de soutien : Le Conseil consultatif pour le leadership en santé mentale et en lutte contre les dépendances a recommandé l’ajout de 30 000 nouvelles unités de logement avec services de soutien, devant être bâties pendant les dix prochaines années, pour les personnes vivant avec des défis en matière de santé mentale et de dépendances. Dans le plan du NPD intitulé Des logements à votre portée, Andrea Horwath présente son plan pour fournir ces nouveaux logements avec services de soutien.

ENGAGEMENT

Renforcer le secteur :Nous augmenterons de façon immédiate, à hauteur de 8 %, le financement des agences de première ligne en matière de santé mentale et de dépendances, et nous fournirons un financement continu durable. Nous mettrons aussi en place un financement ciblé pour les hôpitaux, afin d’augmenter le nombre de lits de traitement de catégorie 5, pour les personnes aux besoins complexes.

ENGAGEMENT

Améliorer les interventions en cas de crise :Nous augmenterons les investissements sans tarder, à hauteur de 10 millions pour les équipes mobiles d’intervention en cas de crise, et à hauteur de 7 millions pour les programmes de lits sécuritaires, afin d’appuyer les équipes mobiles d’intervention en cas de crise. Ensuite, un gouvernement NPD mettra sur pied, à travers la province, des équipes d’intervention mobiles civiles, qui puissent opérer en partenariat avec les équipes mobiles d’intervention en cas de crise et répondre à des situations de crise non urgentes et à faible risque.

PRÉVENTION DES SURDOSES

ENGAGEMENT

Lutter contre la crise des surdoses et d’autres dépendances :Nous déclarerons la crise des opioïdes urgence de santé publique. Nous investirons dans la réadaptation en toxicomanie, dans les centres de désintoxication, et dans des stratégies de réduction des méfaits. Nous supprimerons le plafond imposé par Doug Ford au nombre de sites de consommation supervisés, nous accélèrerons les approbations pour les sites de consommation supervisés au Nord de la province, et nous travaillerons à assurer des alternatives plus sécuritaires à l’offre actuelle, toxique et mortelle, de drogues disponibles dans la rue. Nous travaillerons aussi avec le gouvernement fédéral pour réduire la stigmatisation de la dépendance aux drogues et pour décriminaliser l’usage personnel des drogues, afin que les gens puissent obtenir l’aide médicale dont ils ont besoin. Plusieurs chefs de police se sont joints à l’appel pour des mesures plus fortes, décriminalisation comprise.

DES SOINS DENTAIRES POUR CHAQUE ONTARIEN·NE

Le chef du NPD fédéral, Jagmeet Singh, a accompli un progrès remarquable en faisant agir le premier ministre Justin Trudeau pour garantir aux Canadien·nes la plus vaste expansion des soins de santé dans une génération, soins dentaire compris. Cela permettra aux familles d’épargner des milliers de dollars par an.

ENGAGEMENT

Andrea Horwath et le NPD de l’Ontario seront chefs de file de ce programme, travaillant avec le gouvernement fédéral pour renforcer et accélérer l’expansion des soins dentaires.

SURMONTER LES RETARDS EN CHIRURGIE CAUSÉS PAR LA COVID-19

La COVID a créé des retards totalisant près de 20 millions d’interventions médicales en Ontario, y compris des remplacements des hanches et des genoux, des opérations de cataracte, des colonoscopies et des mammographies.

Les conservateurs de Doug Ford ont refusé d’agir et de faire les investissements nécessaires pour régler le problème de ces retards.

ENGAGEMENT

Investir pour surmonter les retards : Nous identifierons et rendrons public le nombre d’interventions médicales différées et nous en publierons des rapports réguliers. Nous augmenterons le nombre d’heures disponibles dans les salles d’opérations en soirée et en fin de semaine, afin d’accroître la capacité des hôpitaux, afin d’entamer une campagne éclair d’embauche de travailleurs et travailleuses en soins de santé, et afin de créer un système de référencement centralisé. Nous nous assurerons que cela est accompli sans privatiser notre système de santé.

RECRUTER, RETENIR, FAIRE RETOURNER AU TRAVAIL ET APPUYER LES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DES SOINS DE SANTÉ

Notre système de santé souffre d’une grave pénurie de personnel. Les travailleurs et travailleuses de la santé comme les infirmières, les infirmiers et les PSSP sont sous- payés et en épuisement professionnel.

Les travailleurs et travailleuses des soins de santé de l’Ontario sont de véritables héros, qui chaque jour de la pandémie agissent, face aux risques d’infection, pour garder nos communautés en santé et en sécurité.

Des années de négligence et de sous-financement libéraux ont poussé à bout nos travailleurs et travailleuses de la santé. Et au lieu d’appuyer les travailleurs et travailleuses de la santé, les conservateurs de Doug Ford ont sous-financé les soins de santé et congédié du personnel.

Au plus fort de la pandémie, ils ont laissé les préposé·es aux services de soutien personnel (PSSP) sans équipement de protection individuel adéquat. La loi 124 de Doug Ford est une politique des bas salaires à cause de laquelle les travailleurs et travailleuses des soins de santé se sentent sous-payés et sous-appréciés. Il a refusé d’embaucher les milliers d’infirmières, infirmiers et PSSP dont l’Ontario a besoin.

Entretemps, des milliers de médecins, infirmières et infirmiers formés à l’international font face à des obstacles massifs lorsqu’il s’agit de faire reconnaître leurs compétences en Ontario et d’obtenir l’expérience de travail locale qu’il leur faut pour se qualifier et trouver un emploi dans leur domaine.

Le NPD de l’Ontario dispose d’un plan concret pour recruter, retenir et faire retourner au travail des milliers d’infirmières, infirmiers et PSSP, à l’échelle de la province, et pour éliminer les barrières à l’emploi auxquelles font face les travailleurs et travailleuses de la santé formés à l’international.

Les néo-démocrates estiment que les travailleurs et travailleuses de la santé doivent recevoir les appuis et le respect qu’il leur faut pour fournir des soins de qualité et pour éviter l’épuisement professionnel. Nous travaillerons main dans la main avec les professionnel·les de la santé pour améliorer les soins offerts aux patients, pour assurer des salaires équitables, des conditions de travail convenables et la sécurité au travail, y compris au moyen d’équipements de protection individuelle et d’appuis en santé mentale adéquats. Nous nous assurerons que les PSSP peuvent recevoir un salaire convenable, voire vivable, et des emplois sécuritaires et à temps plein. Un gouvernement néo-démocrate mettra fin à toutes nouvelles suppressions de postes d’infirmiers, d’infirmières et d’autres travailleurs et travailleuses de la santé. Nous fournirons un cadre exhaustif en matière de personnel et de ressources humaines, et nous travaillerons de manière collaborative avec l’ensemble des professionnel·les des soins de santé, pour les aider à exercer pleinement leurs compétences et à servir les Ontarien·nes au mieux de leurs capacités. En désentravant le travail des professionnel·les en soins de santé, les patient·es et les client·es bénéficieront de soins meilleurs, plus rapides, et plus pratiques.

ENGAGEMENT

Prendre des mesures immédiates, en commençant par l’embauche de 10 000 PSSP– le manque à gagner actuel de l’Ontario en matière de PSSP, selon les expert·es.

ENGAGEMENT

Fournir aux PSSP une augmentation salariale d’au moins 5 $ au-dessus des niveaux pré-pandémiques.

ENGAGEMENT

Prendre des mesures immédiates, en commençant par l’embauche de 30 000 infirmiers et infirmières– le manque à gagner de l’Ontario, selon les expert·es, en matière d’infirmiers et d’infirmières.

ENGAGEMENT

Accélérer la reconnaissance des accréditations infirmières de 15 000 infirmières et infirmiers formés à l’international, de sorte que ces infirmières et infirmiers puissent commencer plus rapidement à travailler dans leur domaine.

ENGAGEMENT

Nous créerons de nouveaux emplois pour les infirmières et infirmiers récemment retraités ou en fin de carrière, notamment dans le mentorat et la supervision.

ENGAGEMENT

Nous créerons un programme de jumelage à l’emploi, pour garantir aux médecins formés à l’international l’acquisition d’une expérience professionnelle locale.

ENGAGEMENT

Abroger la loi 124 et augmenter les salaires des travailleurs et travailleuses du secteur de la santé : Nous révoquerons l’injuste loi du plafonnement salarial imposée par Doug Ford, qui empêche les infirmiers, infirmières et d’autres travailleurs et travailleuses du secteur de la santé à négocier une rémunération équitable. Nous nous engageons à négocier en toute bonne foi avec le secteur public.

ENGAGEMENT

Nous développerons et mettrons en œuvre une stratégie pour combattre la violence contre les professionnel·les des soins de santé.

AMÉLIORER L’ACCÈS AUX MÉDECINS DE FAMILLE ET AUX SOINS DE SANTÉ PRIMAIRES

Les communautés ontariennes du Nord, rurales et éloignées font face à des obstacles en matière d’accès à des soins de santé en temps opportun – cela, à cause des pénuries de travailleurs et travailleuses du secteur de la santé, y compris du domaine des soins de santé primaires, des soins de santé mentale, et du traitement des dépendances.

ENGAGEMENT

Prendre des mesures immédiates pour embaucher 300 médecins au Nord de l’Ontario, dont 100 médecins spécialistes et 40 praticien·nes en santé mentale. Nous développerons un forfait incitatif pour recruter des médecins qui aillent travailler et vivre avec leurs familles au Nord de l’Ontario. Nous augmenterons le nombre de places et de possibilités de formation à l’École de médecine du Nord de l’Ontario, et nous créerons un programme de bourses pour les étudiant·es des communautés rurales et éloignées du Nord de l’Ontario souhaitant pratiquer la médecine.

ENGAGEMENT

Plus de financement pour les cliniques dirigées par du personnel infirmier praticien, qui jouent un rôle important dans l’offre de soins de santé primaires.

ENGAGEMENT

Élargir le réseau de soins de santé communautaires. Nous commencerons à travailler immédiatement à un élargissement, attendu depuis trop longtemps, du réseau ontarien de centres de santé communautaires, y ajoutant 20 centres nouveaux ou satellites dans les communautés où on en a le plus besoin. Nous travaillerons avec la direction des centres existants et avec les expert·es du domaine de la santé pour identifier les communautés ayant les besoins les plus aigus. Les priorités comprendront les nouveaux centres devant répondre aux besoins uniques des communautés autochtones, francophones et du Nord, insuffisamment desservies.

RÉPARER LA CRISE DANS LES SALLES D’URGENCE DU NORD

À travers le Nord de l’Ontario, les hôpitaux sont à risque. Les Ontarien·nes du Nord sont en train de perdre l’accès à des services hospitaliers critiques, à cause de la pénurie de personnel et à cause des fermetures temporaires de différents départements hospitaliers et salles d’urgence. Les gens sont souvent obligés de conduire des centaines de kilomètres ou d’attendre pendant des heures avant de recevoir des soins d’urgence. Les travailleurs et travailleuses de première ligne croulent sous les tâches, travaillant sur plusieurs quarts de travail de 24 h semaine après semaine.

Les profesionnel·les de la santé du Nord de la province ont averti que les hôpitaux de toute la région risquent de faire face à plus de fermetures de salles d’urgence, pour cause de pénurie de médecins.

Les années de gel du financement imposé par les libéraux et les conservateurs ont laissé tomber les hôpitaux du Nord. Bien souvent, les Programmes ontariens de suppléance pour les médecins ne fournissent que des postes temporaires, alors que le mauvais temps hivernal et les coûts élevés des déplacements, parmi d’autres telles difficultés, peuvent avoir pour conséquence des communautés privées d’accès à des médecins.

Le NPD de l’Ontario travaillera avec les communautés et avec les médecins du Nord à créer une stratégie durable pour retenir les médecins et d’autres professionnel·les de la santé qui exercent déjà dans le Nord, et pour en recruter de nouveaux.

ENGAGEMENT

Financer les déplacements pour que les médecins résidents fassent des séjours professionnels électifs à tour de rôle dans les communautés rurales et du Nord, de sorte que les médecins résidents n’aient plus à payer de leur poche pour travailler dans les communautés du Nord.

ENGAGEMENT

Créer plus de postes de résidence que les médecins résidents puissent occuper à tour de rôle, afin de retenir des médecins au Nord de la province.

ENGAGEMENT

Favoriser des liens solides entre les praticien·nes et les personnes fournissant des services sociaux, afin de créer des équipes de soins robustes.

ENGAGEMENT

Appuyer les partenariats entre, d’une part, des infirmières/ infirmiers praticien·nes et, d’autres part, des médecins et des spécialistes, afin d’accroître l’accès à des services et à des soins de santé globaux.

ENGAGEMENT

Embaucher plus de 300 médecins et plus de 100 spécialistes au Nord de l’Ontario, et augmenter le nombre de postes en résidence à l’École de médecine du Nord de l’Ontario.

ENGAGEMENT

Exhorter l’Ordre des médecins et chirurgiens de l’Ontario à accélérer le processus d’attribution du droit d’exercice au Nord de l’Ontario aux diplômé·es internationaux en médecine, considérant que plus de profesionnel·les de la santé formé·es à l’international contribueront à alléger la pression vécue par les médecins qui y exercent actuellement et par leurs cabinets. Nous travaillerons avec l’organisme de réglementation fédéral pour faciliter les rôles de mentorat et surveillance pour les médecins d’expérience.

ENGAGEMENT

Financer les suppléant·es pour permettre aux médecins en déplacement d’amener un·e résident·e avec eux lorsqu’ils vont exercer au Nord de l’Ontario, en fournissant aux médecins en déplacement l’appui nécessaire et en fournissant aux résident·es l’expérience d’exercer dans le Nord.

ENGAGEMENT

Créer une stratégie spécifique pour recruter et retenir des infirmières/infirmiers au Nord de l’Ontario, stratégie qui comprenne des possibilités de mentorat pour s’assurer que les infirmières/infirmiers qui travaillent ou ont travaillé dans les communautés du Nord peuvent fournir les appuis et la formation nécessaires aux infirmières/infirmiers nouvellement arrivés au Nord de l’Ontario.

L’ASSURANCE- MÉDICAMENTS

Le chef du NPD fédéral, Jagmeet Singh, a réussi à remettre l’assurance-médicaments au centre des priorités nationales.

Il a prouvé que les néo-démocrates font avancer les choses lorsqu’il s’agit de protéger ce qui compte le plus pour les gens, et sont pleinement engagé·es à sauver des vies et à réduire de plusieurs milliers de dollars les coûts incombant aux familles. Mais que le gouvernement fédéral se soit engagé à livrer un plan d’assurance-médicaments d’ici cinq ans ne suffit pas.

Les Ontarien·nes ne peuvent se permettre d’attendre cinq ans jusqu’à ce que ce plan voie le jour. Plus de deux millions d’Ontarien·nes ne disposent pas de plan d’assurance- médicaments. Trop d’Ontarien·nes sont obligé·es de choisir entre remplir leurs ordonnances et payer leurs factures. Lorsque les gens ne peuvent se permettre de prendre leurs médicaments, leur santé en souffre, et notre système de santé aussi. Le NPD de l’Ontario agira de manière immédiate pour accélérer la mise en place d’un programme d’assurance- médicaments, s’assurant que l’ensemble des Ontarien·nes disposeront plus rapidement d’une assurance-médicaments. Andrea Horwath montrera le chemin, travaillant tenacement pour accomplir cet objectif : un programme d’assurance- médicaments national.

ENGAGEMENT

Nous commencerons à travailler tout de suite à une assurance-médicaments universelle pour les Ontarien·nes.Ce programme d’assurance-médicaments complémentera les programmes publics de médicaments existant déjà en Ontario, de sorte que personne ne perde son assurance actuelle.

ENGAGEMENT

Agir en leader pour faire advenir un programme d’assurance-médicaments universelle à échelle nationale : Andrea Horwath sera la première ministre qui montre le chemin vers un programme complet d’assurance- médicaments à échelle nationale. Un gouvernement NPD travaillera avec Ottawa pour mettre en place un formulaire national et, en tant que première ministre de l’Ontario, Andrea Horwath se servira du siège qu’occupe l’Ontario au sens du Conseil de la Fédération pour aider à bâtir un plan national – non pas pour en empêcher l’avènement, comme Doug Ford.

METTRE FIN AUX COUPURES, À LA PRIVATISATION, ET AUX FRAIS D’UTILISATION

Vous devriez pouvoir compter sur des soins de santé de qualité quand vous en avez besoin, sans avoir à vous préoccuper de votre compte en banque.

Sous les gouvernements libéraux et conservateurs successifs, nous avons vu les coupes imposées aux dépenses en soins de santé avoir pour effet insidieux des frais d’utilisation et divers degrés de privatisation. Ces coupures privent notre système de santé du soutien public, et forcent les fournisseurs de soins de santé à combler les manques à gagner en recourant à des frais d’utilisation de plus en plus élevés, dont le paiement incombe à leurs patient·es et client·es.

Actuellement, Doug Ford essaye de profiter de la crise des soins de santé engendrée par les libéraux et aggravée par le gouvernement Ford et par la pandémie – crise qui comprend des retards dans les opérations chirurgicales et dans d’autres interventions médicales – pour accélérer la privatisation.

Les néo-démocrates s’opposent fermement à une telle approche – quand il s’agit de notre santé et de la santé de nos familles, les profits n’ont pas leur place. Nous pensons fermement que les soins doivent être basés sur les besoins de la personne, pas sur sa capacité à payer.

ENGAGEMENT

Mettre fin aux frais d’utilisation : Nous commencerons en travaillant avec les partenaires du secteur de la santé pour éliminer les frais d’utilisation injustes incombant aux patient·es et à leurs familles dans chaque secteur de notre système de soins de santé.

FINANCER LES HÔPITAUX DE MANIÈRE ADÉQUATE

Voilà des décennies que les hôpitaux sont sous-financés. La COVID-19 les a mis au pied du mur.

Les libéraux ont gelé les budgets des hôpitaux et engendré la médecine de couloir. Les conservateurs de Doug Ford ont refusé d’appuyer les hôpitaux pendant la pandémie.

Le NPD de l’Ontario a un plan pour renforcer les hôpitaux. Nous ferons les investissements nécessaires pour régler la crise de la médecine de couloir et pour nous attaquer aux problèmes de capacité et de personnel, qui durent depuis longtemps.

ENGAGEMENT

Augmenter le financement des hôpitaux de sorte qu’il surpasse l’inflation du secteur de la santé, la croissance démographique, les plans opérationnels, et les besoins locaux uniques comme la population vieillissante.

ENGAGEMENT

Prioriser les projets d’hôpitaux dont les besoins sont particulièrement pressants :Nous nous assurerons que les projets des hôpitaux et les projets d’élargissement des hôpitaux de Brampton, Niagara Falls, Windsor-Essex et Kitchener démarrent sans plus tarder – sans sacrifier les services de santé nécessaires dans les communautés avoisinantes. Nous commencerons tout de suite le travail pour les nouveaux projets d’hôpital de Brampton, Scarborough et Sioux Lookout.

AMÉLIORER LE TRAITEMENT DU CANCER

Un diagnostic de cancer est une perspective effrayante, à laquelle sont confrontées de plus en plus de familles ontariennes. Trop d’Ontarien·nes sont en attente d’opérations chirurgicales pour traiter leur cancer ou se voient obligés de faire de longs déplacements pour recevoir des traitements anticancer.

Doug Ford et les conservateurs ont légué à l’Ontario une accumulation évitable de retards dans toute sorte d’opérations chirurgicales, ce qui veut dire des délais pour les opérations de cancer. Les patients malades du cancer doivent souvent débourser des sommes importantes – parfois dans les milliers de dollars – pour des médicaments à prendre à la maison. La Société canadienne du cancer estime que l’Ontario souffre d’une lacune de plusieurs millions de dollars dans le financement pour les médicaments anticancer – et par conséquent, trop souvent, les patients sont obligés de payer de leur poche. Cela est injuste. Sous Andrea Horwath, un gouvernement néo-démocrate de l’Ontario rebâtira les soins anticancer ontariens afin de les améliorer. Nous nous attaquerons de manière frontale aux retards dans les opérations chirurgicales, nous améliorerons les soins à l’hôpital et hors de l’hôpital, nous améliorerons le dépistage avec une attention toute particulière aux communautés difficiles à atteindre, et nous établirons des partenariats avec des institutions d’envergure mondiale pour fournir des soins plus près des lieux de résidence des gens.

ENGAGEMENT

Gratuité immédiate des médicaments anticancer à prendre à la maison : Nous comblerons les lacunes qui obligent actuellement les patients malades du cancer à débourser eux-mêmes le coût des médicaments à prendre à la maison.

ENGAGEMENT

Fournir des traitements anticancer plus près des lieux de résidence des gens : Nous nous assurerons que les communautés ont accès à des traitements anticancer complets près de l’endroit qu’elles habitent, de sorte que personne n’ait à faire de longs trajets pour recevoir des soins aussi essentiels que la radiothérapie. Par exemple, nous financerons immédiatement la construction d’un centre dédié à la lutte contre le cancer à Brampton.

ENGAGEMENT

S’assurer que les tests de l’antigène prostatique spécifique (APS) peuvent être facturés au Régime d’assurance-santé de l’Ontario.

GARANTIR L’ÉQUITÉ DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ

La pauvreté, le racisme systémique, l’homophobie et la transphobie, le sexisme et le capacitisme affectent la qualité des soins de santé offerts aux Ontarien·nes.

ENGAGEMENT

Recueillir des données fondées sur la race dans tous les secteurs des soins de santé, afin d’identifier et de réparer les iniquités systémiques en soins de santé.

ENGAGEMENT

Traiter le racisme anti-Noir·es comme une crise de santé publique : Nous entreprendrons un examen systématique de la réalité que les Canadien·nes noir·es sont affecté·es de manière disproportionnée par les VIH et par le SIDA, par des problèmes de santé mentale, par des problèmes cardiaques, par l’hypertension, par l’anémie falciforme et par les attaques vasculaires cérébraux. Nous ferons adopter la Loi sur l’amélioration de l’accès aux soins de santé afin d’améliorer les soins pour les patients atteints d’anémie falciforme en crise.

ENGAGEMENT

Commencer tout de suite le travail pour améliorer l’accès à des interventions et opérations chirurgicales axées sur l’affirmation de genre et rendre gratuits les médicaments de transition : Nous travaillerons pour assurer la prise en charge intégrale des médicaments de transition. Nous ferons adopter la Loi de 2021 sur le Comité consultatif des soins de santé axés sur l’affirmation de genre, travaillant avec des intervenants et avec des fournisseurs de services de santé afin de réduire les barrières entravant les soins pour des opérations chirurgicales reliées à la transition et affirmatives du genre. Nous nous assurerons que les décisions en matière de soins de santé correspondent aux normes de soins établies par l’Association professionnelle mondiale pour la santé des personnes transgenres.

ENGAGEMENT

Gratuité de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) : Nous éliminerons le coût des médicaments nécessaires pour traiter et prévenir le VIH.

ENGAGEMENT

Rendre les soins de longue durée affirmatifs des personnes 2ELGBTQIA+, afin que les gens puissent vivre toujours avec Fierté :Déménager dans les soins de longue durée ne devrait jamais dire retourner dans le placard.

ENGAGEMENT

Faire progresser les soins de santé francophones : Nous prioriserons les soins de santé comme un facteur essentiel dans les communautés francophones, nous assurant que le ministère de la Santé fait de l’accès à la langue française un élément clé de sa planification. Nous augmenterons le nombre de centres de santé communautaires ainsi que le nombre de foyers de soins de longue durée par et pour les francophones et nous viserons à desservir toutes les régions désignées en y offrant des soutiens en matière de santé mentale et de dépendances en français.

ENGAGEMENT

Élargir les soins de santé autochtones : Nous travaillerons avec des organisations de soins de santé primaires autochtones pour étendre les services à plus de communautés, pour nous assurer que les soins de santé sont fournis de manière culturellement adaptée, que l’on recrute des professionnel·les de la santé autochtones, et que ces professionnel·les sont rémunéré·es adéquatement.

PROTÉGER ET RENFORCER LA SANTÉ MATERNELLE

La naissance d’un enfant transforme la vie des familles. Dans un tel moment, les gens de l’Ontario méritent les meilleurs soins et les meilleurs appuis. L’ensemble de soins prodigués par les sages-femmes sont un modèle éprouvé, qui peut aider les nouveaux nés à commencer leur vie de la meilleure manière possible.

Sous la gouverne des libéraux et des conservateurs, trop de futurs parents ont eu de la difficulté à trouver les soins dont ils avaient besoin. Cela fait des décennies que les sages-femmes font face à l’inégalité salariale, avec pour effet des entraves à la profession et une limitation de l’accès à des soins en Ontario, notamment dans les communautés francophones, rurales et autochtones. En se refusant à empêcher la fermeture de l’École des sages- femmes de l’Université Laurentienne, Doug Ford a limité encore plus l’accès des gens du Nord aux soins prodigués par les sages-femmes.

Andrea Horwath et les néo-démocrates ont un plan solide pour élargir l’accès aux soins prodigués par les sages- femmes à l’échelle de la province. Nous reconnaissons que la naissance d’un enfant est une période délicate dans la vie des familles, et nous nous assurerons que les soins de santé comprennent une stratégie de santé mentale périnatale, afin d’épauler les familles lors de cette transition importante.

ENGAGEMENT

Arrêter de combattre les sages-femmes dans les tribunaux. Doug Ford, tout comme les libéraux avant lui, a gaspillé de précieux dollars publics à combattre les sages-femmes au tribunal, essayant de faire renverser une décision qui leur garantissait l’équité salariale. Nous nous assurerons que le travail des sages-femmes est valorisé comme il se doit et rémunéré de manière équitable.

ENGAGEMENT

Élargir l’accès aux soins prodigués par les sages- femmes,y compris dans les communautés francophones, rurales, nordiques et autochtones.

ENGAGEMENT

Nous nous assurerons que les soins de santé mentale comprennent une stratégie de santé mentale périnatale complète.

ENGAGEMENT

Nous protégerons les services d’obstétrique et de santé maternelle dans les hôpitaux ruraux, et nous multiplierons les options pour les familles – par exemple au moyen de maisons de naissance dirigées par des sages-femmes.

ENGAGEMENT

Rétablir le programme de sages-femmes de Sudbury pour appuyer les sages-femmes et les familles autochtones et francophones.

AMÉLIORER LES SOINS DE FIN DE VIE

Chaque personne mérite d’approcher de la fin de vie dans le confort et la dignité.

Les années de coupures libérales et conservatrices ont eu pour effet que beaucoup trop d’Ontarien·nes ne peuvent avoir accès à des soins de fin de vie dignes, que ce soit chez eux ou dans un hospice.

Les néo-démocrates estiment que tou·tes les Ontarien·nes ont droit au confort et à la dignité tout le long du processus de soins médicaux. Nous offrirons à plus de gens le choix de mourir dans le confort de leur foyer, en réparant notre système de santé brisé. Nous nous assurerons que chaque Ontarien·ne aura accès à des soins palliatifs de qualité, pleins de compassion et de dignité.

ENGAGEMENT

Nous élargirons le réseau ontarien des hospices, et nous travaillerons avec les fournisseurs de soins communautaires pour enfin mettre sur pied le système de soins palliatifs accessible et régi par la compassion dont l’Ontario a besoin de toute urgence.

ENGAGEMENT

Nous nous assurerons que chaque Ontarien·ne qui cherche à avoir accès à l’assistance médicale à mourir reçoit ce soutien.

ENGAGEMENT

Nous nous assurerons que les enfants souffrant d’une maladie en phase terminale reçoivent des soins palliatifs accessibles et que leurs familles reçoivent les appuis nécessaires – à cette fin, nous ferons adopter le projet de loi de la députée provinciale néo-démocrate Sandy Shaw, préconisant le développement et la mise en œuvre d’une stratégie ontarienne de soins palliatifs pédiatriques.

LA SANTÉ PUBLIQUE

La crise de la COVID-19 a montré à quel point notre système de santé publique est important. Malheureusement, juste avant la pandémie, le système de santé publique de l’Ontario a été menacé par les coupures du gouvernement Ford. Dans les mois ayant précédé l’éclosion de la COVID-19, Doug Ford a annoncé des plans pour réduire de manière drastique le nombre d’unités de santé publique, les faisant passer de 35 à 10, et refilant la responsabilité aux municipalités. Cela ne peut se reproduire.

ENGAGEMENT

Nous annulerons les fusions que Doug Ford a planifié d’imposer aux unités de santé publique et nous rétablirons la part de financement traditionnelle de la province. Nous travaillerons ensuite avec les unités de santé publique et le secteur des soins de santé, afin de tirer les leçons de la pandémie et de nous assurer que le secteur de la santé publique dispose des outils nécessaires pour faire face à la prochaine pandémie.

ENGAGEMENT

Nous ferons adopter une Loi de responsabilisation de la santé publique, nous assurant ainsi que le médecin hygiéniste en chef est libre d’agir dans l’intérêt public.