Le NPD souligne le trentième anniversaire de la loi sur les services en français

Le mardi 15 novembre, France Gélinas, la députée de Nickel Belt et la porte-parole de la francophonie pour le parti Néo-démocrate a fait la déclaration suivante :

« Il me fait grand plaisir de souhaiter bon anniversaire à la loi 8, la loi sur les services en français. J’aimerais commencer par nous ramener en 1986. Les francophones avaient déjà leurs écoles francophones primaires et secondaires, nous avions droit aux services en français dans les tribunaux et les cours de justice, mais c’était à peu près tout. 

« La Loi sur les services en français allait nous donner accès aux programmes et services du gouvernement provincial en français dans les régions désignées. Une région désignée était une région où il y avait plus de 5 000 francophones ou 10 % de la population qui parlait français.

« On a fait bien des avancées depuis ce temps-là, mais je dois vous dire que, à la fin des années 1980, le début des années 1990, ce n’était pas rose. On se souviendra que la municipalité de Sault Sainte Marie avait passé une directive qui disait que Sault Sainte Marie était une ville unilingue anglophone. Des douzaines d’autres municipalités se sont déclarées unilingues anglophones elles aussi. Mais on a gagné cette bataille-là, et on en a gagné plusieurs autres grâce à la Loi sur les services en français.

« Bien entendu, je me dois de mentionner SOS Montfort. C’était dans le temps du gouvernement Harris qui avait décidé de faire la restructuration des hôpitaux et de nous enlever, à nous les francophones, le seul hôpital universitaire francophone dans tout l’Ontario. Les francophones se sont mobilisés. On a sorti notre drapeau franco-ontarien—et là je dis un gros 'merci' à M. Gaétan Gervais, qui est le père de notre beau drapeau. On a sorti la Loi 8, et grâce à MeCaza et à la solidarité francophones, on a gagné devant les tribunaux afin que Monfort demeure ouvert. Je dirais que c’était une victoire historique.

« Par contre, la loi ne permet pas l’offre active afin que les gens puissent avoir accès aux services en français sans efforts supplémentaires. C’est quelque chose que notre bon commissaire aux services en français, M. Boileau, recommande régulièrement. En parlant de M. Boileau, je suis très heureuse qu’on a finalement fait du poste de Commissaire aux services en français un officier de l’Assemblée législative. La loi sur les services en français a 30 ans, félicitation et maintenant c’est le temps de la mettre à jour ! »

Le droit d'accès aux services en français est une priorité pour les Franco-Ontariens, et le Commissariat aux services en français joue un rôle important dans la protection de ce droit. France Gélinas, au nom du NPD, félicite M. François Boileau d’avoir été renouvelé dans son rôle de commissaire aux services en français de l’Ontario pour un mandat de cinq ans.